Le blog de Benjel

Benjel Chimistes Conseil

L’été, la saison des inondations… Attention aux moisissures!

Publié le 2014-02-02     Catégories : Qualité de l'air

Printemps et été riment souvent avec inondations. Si vous êtes parmi les victimes des débordements, et que vous n’avez pas asséché les matériaux dans les 24 à 48 heures suivant le sinistre, il y a un risque de croissances fongiques (moisissures). De plus, dans le cas de refoulements d’égouts, l’eau qui s’est infiltrée peut contenir des bactéries pathogènes. Les matériaux touchés devraient être enlevés ou nettoyés et désinfectés afin d’éliminer les bactéries et les moisissures.

Dès que vous êtes inondés, la première chose à faire est de contacter votre assureur, puisque, dans bien des cas, les travaux à privilégier seront couverts par celui-ci. Cependant, si vous tardez à les contacter et que des moisissures se développent à la suite du sinistre, les travaux correctifs ne seront probablement pas couverts. Informez-vous auprès de votre assureur.

Ce qui est important de savoir, c’est que les moisissures sont présentes de façon naturelle dans l’air. Il est donc normal d’en retrouver dans l’air des maisons dans les mêmes proportions que dans l’air extérieur. Cependant, en présence d’humidité, les moisissures se vont de développer sur les matériaux de construction. Puisque les spores de moisissures sont très volatiles, celles-ci vont contaminer l’air de la maison. Près d’un tiers des maisons se retrouvent dans cette situation selon l’Institut national de la Santé publique.

Les moisissures ne font pas de discrimination envers les matériaux de votre maison. Elles se développent plus facilement et rapidement sur les matériaux poreux comme le placoplâtre, le tissu, le papier, mais peuvent également se développer sur les matériaux semi-poreux tels le bois ou le béton, et même sur les matériaux non poreux, comme le métal et le plastique. 

Les moisissures ont comme effet généralisé d’être irritantes pour les muqueuses (yeux, nez, gorge), de provoquer de la congestion nasale avec des symptômes s’apparentant à des rhumes ou à des grippes à répétition. Elles ont tendance à provoquer des réactions allergiques : rhinites allergiques, conjonctivites et dermatites[1].

Pour corriger la situation, dans un cas de croissance de moisissures à la suite d’infiltrations, les produits antimicrobiens ne sont pas recommandés (seulement asperger l’air et les matériaux ne réglera pas votre problème). Il faut privilégier les méthodes physiques (enlèvement des matériaux affectés, méthode abrasive, nettoyage, aspiration HEPA, filtration de l’air, etc.) pour éliminer les moisissures.

Si vous croyez être aux prises avec un problème de croissance de moisissures dans votre habitation comme suite à des infiltrations d’eau et que vous désirez en avoir le cœur net, n’hésitez pas à communiquer avec des entreprises certifiées dans le domaine. 


[1] « Les risques à la santé associés à la présence de moisissure en milieu intérieur » de l’Institut National de Santé Publique du Québec, 2002.


À propos de l'auteur

Nathalie Bourassa

Nathalie Bourassa

Mme Bourassa s’est jointe à l’équipe d’experts de Benjel Chimistes Conseil en 2010. Sa formation en microbiologie appliquée l’a amené à se spécialiser dans les cas de moisissures, particulièrement en milieu résidentiel.

Reconnue comme témoin expert par les tribunaux, celle-ci dirige plus de 300 dossiers par année, dont des dossiers d’expertise légale, de vice caché, de contrôle de travaux de décontamination, de mérule, de dépistage préachat, etc.

En plus de ses activités en tant que spécialiste en qualité de l’air chez Benjel chimistes Conseil, Mme Bourassa agit en tant que formatrice et consultante auprès de différentes entreprises.